AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moi c'est

avatar


₪ the blood is delectable ₪

₪ the blood is delectable ₪

Féminin
Nombre de messages : 540
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions :
Spoiler:
 

Mission remplie ? : A moitié

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Assashis
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 3 - Aguerri

MessageSujet: "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]   Dim 7 Avr - 19:50

The last week.
(une semaine avant le débat télévisé concernant les élections)
_____


– Monsieur D. Sokhenghe réitère une nouvelle fois son invitation.

Je fais quelques brasses avant de lancer un regard à la limite de l'agacement à Violine.

– Eh bien, fais comme pour les neuf dernières fois : envois-le balader. Je te l'ai déjà dit.
– C'est que...
– Quoi ? C'est différent, cette fois ? Me menacerait-il ? Ou se croit-il si irrésistible que tu commences à douter toi-même de la malséance de ses propositions ?

Elle semble trembler de peur. Mon regard braqué sur elle ne s'adoucit pourtant pas.

– C'est à dire que... refuser encore.. La.. la famille Sokhenghe est puissante et...
– La famille Peaks plus encore, la coupai-je brusquement. Et nous, nous savons nous défendre par nous-mêmes. Et aussi, éliminer les gêneurs.
– Mais...
– De qui as-tu le plus peur, Violine : lui ou moi ?
– V... vous.
– Alors ne réfléchis pas, souris-je, fais ce que ton instinct te dicte. Il ne pourra rien te faire tant que tu seras ici, tandis que moi, si.
– Très bien, madame.

Je souris –de mon sourire d'Assashi–, indiquant la porte du menton.
Elle s'inclina et sortit, la neuvième enveloppe envoyé par cet abruti à la main. Une fois seule, je nageai quelques brasses dans l'eau glaciale, visage à demi-recouvert. La piscine d'entraînement avait toujours eut cette température, et je ne l'aurais changée pour rien au monde. Elle me rappelait les longues années d'entraînement qui avaient précédé mon accession au Cercle, détail qu'il ne fallait pas oublier, même à présent que j'étais matriarche.

Je jetai un coup d’œil à mon ventre.
Pour l'instant, mon état n'était pas encore visible –et ne le serait pas avant de longs mois. Je me mordis la lèvre. Je n'arrivais pas à savoir si il fallait que je m'en réjouisse ou non. Ne bientôt plus être capable de me déplacer que lentement, colonne vertébrale en avant, n'exécuter que des mouvements lents... ne plus pouvoir tirer mes lames d'un mouvement fluide et imprévisible... Brrr, j'en frissonnais d'avance. Il allait falloir que j'abandonne le terrain le temps de m'en remettre, et cette perspective ne m'enchantait guère. Et puis surtout... Moi ? Élever un gamin, vraiment ? Le pauvre, il (ou elle) allait finir sociopathe.

Un léger rire étira un instant mes lèvres bleuies de froid.
Son père et sa mère sont déjà des psychopathes et sociopathes accomplis, où est le problème ? Je sors de l'eau, la sentant ruisseler sur mon corps nu, suivre les courbes de mes muscles, dégringoler depuis mes cheveux courts. Je fais quelques pas, attrape une serviette, me sèche et m'habille rapidement avant de sortir de la salle.

¤

Un moment plus tard, je suis assise à mon bureau.
J'ai une dernière chose à faire, avant de me retrouver à faire le hamster pendant cinq mois. Une dizaine de photos sont là. Toutes sont de Kaos et de ses proches. Enfin, Kalia –Kalia Bennett, la sœur de Matthew. Je souris en observant les clichés. Une jeune femme adorable. Et entourée de plusieurs amis qui lui semblent chers. Je penche la tête sur le côté. D'après Matthew, elle aura bientôt le pouvoir de détruire le monde.

Un contrat comme celui-ci, il faut prendre son temps.
Et ne rien laisser au hasard. Oh, je prendrai mon temps, et attendrai que ma grossesse soit terminée pour ce contrat... Non, ce que je veux faire avant d'être quasi-clouée entre les quatre murs du Manoir, c'est lui parler. Pour voir. Enfin, j'hésite encore, bien sûr. Et si j'entrai plutôt en contact avec un de ses amis ? Je passe les photos une par une devant mes yeux ; dessus sont marqués en post-it les noms et races des êtres qui s'y trouvent –j'étais derrière l'appareil quand les photos ont été prises bien sûr. Je garde l'une d'elle, tout à coup, entre mes doigts fins.

La petite Kalia en train d'embrasser un jeune homme.
Un jeune homme un peu dégingandé, la vingtaine d'apparence. Trent Mathers, avec l'aura d'un humain marqué. Il est vrai que son petit copain paraît la cible idéale... Je m'allonge un instant dans l'épaisseur du fauteuil et regarde la pièce. Elle a été entièrement et minutieusement défaite, pour ne manquer aucune cache secrète, puis refaite depuis que je suis matriarche.

Gris, blanc, noir et une lumière bleuté se côtoient dans un style moderne et strict.
Quelques touches de rouge –une orchidée pourpre près de la fenêtre, un tapis écarlate et duveteux devant la table basse, ainsi que quelques tableaux aux teintes sanglantes– donnent une allure de scène de crime à ce bureau, tandis que deux plantes vertes, douces et paisibles fougères –l'une accrochée au plafond, l'autre tenant compagnie à l'orchidée pourpre– lui forment un minuscule souffle de vie. Nous sommes en hiver, et les deux fenêtres aux rideaux diaphanes sont closes, aidant le peu de lumière qui entre avec facilité dans la pièce.

Je n'ai pas peur de Kaos, mais je respecte la force.
Et elle est... apparemment, immensément forte. Le problème, et c'est pour cela que mon respect n'est pas entier pour elle, c'est qu'elle n'en a pas conscience et ne l'utilise pas. Je ne plierai le genou que si je trouve quelqu'un de plus fort que moi, mais pour l'instant, ça n'a jamais été le cas : les deux seules fois où j'ai été tenue en respect, nous étions à forces égales, et je me suis beaucoup, beaucoup entraînée après ces "matchs nuls". De ces entraînements, je suis revenue bien plus forte. Et, en règle générale, je suis bien plus forte que j'en ai l'air.

Je reste un instant figée devant une photo d'elle, de face, avec cette expression sérieuse que je lui trouve irrésistible. Comme si elle pouvait tout faire. Conquérir le monde. Faire plier la ville. Ce ne sont pas que des fantasmes, elle en est capable. J'esquisse une moue songeuse, avant de reposer le cliché. C'est décidé, je dois en apprendre plus sur elle. Ses habitudes, ses forces, ses faiblesses. Aujourd'hui, je poursuis le jeune humain. Trent Mathers.

Il ne restait plus qu'à le trouver.
Je laisse plusieurs de mes lames usuelles ici même, n'en gardant que trois –deux dans le creux des reins, manche vers le ciel, et une sur mon avant-bras gauche. Ce n'est pas tant que je compte m'en servir –j'en aurai prit une ou deux de plus–, c'est juste que... je me sentais nue, sans elles. Certes, j'étais une arme en moi-même, mais... c'est pas pareil... vraiment, j'en avais besoin.

Enfin, passons.
Cela fait, je mis un court manteau en velours noir par-dessus une chemise, des bretelles et un large pantalon, et me dirigeai vers la sortie du domaine, mains dans les poches, partant à pied vers le centre-ville.

¤

Enfin, je l'avais trouvé.
Il était une heure passé, et quant à moi j'avais passé presque six heures à le chercher. Il n'y avait plus personne dans leur appartement quand j'étais entrée dans l'appartement grâce à un voisin bienveillant, et j'avais enragé de ne pas avoir su ou prévu que les deux membres du couple se lèveraient plus tôt que la septième heure. J'étais sortie de l'immeuble, et avait commencé à écumer sans en avoir l'air les lieux dont je les savais familiers, méconnaissable avec mon air de jeune garçon manqué –ma coupe, avec quelques retouches de gel, m'y aidant parfaitement.

Puis je l'avais aperçu.
Dans la rue piétonne. Je le suivais depuis quelques minutes, me demandant ce qu'il faisait, d'où il venait et où il allait. Où il allait surtout. Mais pour le moment, je me contentais de rester à l'écart, songeuse mais attentive –je n'avais encore jamais laissé s'échapper une filature, et ne comptais pas commencer aujourd'hui. Je me promenai donc à bonne distance, mains dans les poches, attendant une occasion...




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aranor.forumactif.org/
Moi c'est

avatar


.... Bad boy timide avec les filles....

.... Bad boy timide avec les filles....

Masculin
Nombre de messages : 525
Pouvoirs :
Spoiler:
 

Missions :
Spoiler:
 

Mission remplie ? : Non

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Humain Marqué
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie :

MessageSujet: Re: "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]   Mar 9 Avr - 10:45

    Ils s'étaient levés tôt. Kalia avait mis son réveil sur cinq heures trente du matin, avait pris sa douche, s'était brossé les dents puis était venu le réveil. Ils avaient discutés un peu puis étaient aller prendre le petit-déjeuner. L'immeuble était silencieux à cette heure là, plus encore que d' habitude. Trent aimait le silence, ça le changeait un peu du brouhahaha qui pouvait régner au sein de l'orphelinat. Il avait ensuite fait la vaisselle puis à son tour occupé la salle de bains. Ensuite, il avait fallu partir. C'était immoral et inhumain mais pour rattraper un cours, un prof leur avait coller une heure matinale. C'était le seul cours magistral qu'il avait en commun avec Kalia mais il aurait aimer commencer à une autre heure que sept heures trente du matin. Surtout quand il s'agissait de votre seule heure de cours avant quatorze heures trente. D'autres auraient sécher pour profite un peu plus de leur lit et de leur matinée. Mais lui, il avait Kalia. Kalia et son sourire. Kalia et sa bonne humeur, même à des heures pas possible. Kalia qui en sortant de chez eux s'était suspendus à son bras et avait posé sur sa joue un baiser. Juste parce qu'elle avait envie. Il avait encore un peu de mal à se faire à l'idée qu'ils sortaient ensemble. A sa grande honte, il s'empourprait encore souvent en y songeant. Mais pas cette fois.

    L'heure de cours finie, il avait laisser Kalia filait à ses TDs. Il aurait du aller sagement à la BU pour réviser, les partiels approchaient, mais il n'en avait pas vraiment l'envie. Peut - être en début d' après - midi serait-il plus d' humeur. Il avait donc quitter la fac, son sac sur l'épaule. Trent avait pris l'habitude depuis le début de son adolescence de marcher en ville. Pour éviter de finir complètement taré enfermer toute la journée au lycée et à l'orphelinat, à ressasser le passer tout d'abord. Mais aussi parce qu'il n'avait pas d'autres moyens de transports que ses jambes à l'époque, même si Tisiphone lui donnait de l'argent pour le bus. Il aimait marcher. Alors il s'était remis à déambuler dans les rues, atterrissant sur la place commerciale de la ville. Il déambula dans les magasins, son sac sur l'épaule. Un cd d' un groupe qu'il aimait bien. Une petite peluche de loup pour Kalia qui adorait ces animaux. Un porte-clef avec des breloques pour Shane qui avait perdu le sien il y a peu. Des chocats pour Tisiphone et son beau-fils parce qu'il en avait envie et parce que ces deux - là s'entendaient comme larrons en foire.

    Faire des présents à ceux qu'il aimait été un plaisir simple et nouveau pour lui. Il le savourait avec délectation à chaque fois. Il finit sur la rue piétonne, cherchant quoi faire pour passer son temps. Peut-être aller prendre un café au Virtual Eye Coffee. Son petit-déjeuner était bien lointain maintenant et son estomac commençait à gargouiller. Il se dirigea donc vers le café quand ses oreilles de mirent soudain à siffler violemment. Il se figea sur place, grimaçant et résistant de toute ses forces à l'envie de se plaquer les mains sur les oreilles. Encore une chose qui avait changer depuis le lycée. Il n'était maintenant plus si humain que ça. Un humain marqué d'après Raven. En plus de s'être découvert une cicatrice de la forme de la marque des Créateurs sur le corps, il avait du faire avec le fait qu'il avait maintenant un pouvoir. Par chance, il n'avait pas hériter d' un pouvoir comme explosion ou tremblements de terre. Non, il pouvait juste détecter un danger, une menace, un truc pas net. Le seul hic était que son super pouvoir se déclencher à son bon plaisir et provoquer le doux son de la roue d' un dentiste, d' une perceuse et d' un marteau combiné sous son crâne. Rien de bien pratique en cas de danger. Le son monta d' un cran et il comprit que rester au beau milieu de la rue piétonne n'était pas une bonne idée. Grognant, il alla s'asseoir sur un des bancs qui longeait la rue , se massant le crâne. Allons bon, qu'est-ce que c'était cette fois ? Une voiture folle allait-elle débouler dans la rue ? Un voleur dérobé le sac d' une veille dame ? Il ne savait jamais à quoi s'attendre avec ce truc...

    Maugréant, il fouilla d' une main dans sa poche son téléphone portable. Il allait appeler Ian, son pote n'avait pas cours. A eux deux, quoi qu'il de passe, ils pourraient agir. Mais alors qu'il extrayait son téléphone de sa poche, ce dernier lui échappa des doigts et alla s'écrasa au sol, devant les pieds de quelqu'un. Trent poussa un juron, à cause de la douleur et du téléphone en morceau sur le sol et se laissa tomber sur le sol pour ramasser les parties de la coque et la batterie. Il leva brièvement la tête vers la personne devant qui il était en train de ramasser les morceaux et marmonna un bref :

    " Désolé ! "

    Mal de crâne, mal de crâne, mal de crâne de merde... Quand est-ce que cette foutue sirène allait s'arrêter ?


que ton sourire dure toujours
« parce que ce sourire me réchauffe le coeur, parce que tu as l'air si heureuse dans ces moments, parce que tu es celle qui a perturbé mon monde, celle qui fait mon bonheur. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moi c'est

avatar


₪ the blood is delectable ₪

₪ the blood is delectable ₪

Féminin
Nombre de messages : 540
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions :
Spoiler:
 

Mission remplie ? : A moitié

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Assashis
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 3 - Aguerri

MessageSujet: Re: "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]   Mer 8 Mai - 8:41

[désolée du retard..]



Il faisait beau.
Le soleil ruisselait sur ma peau comme s'il avait été liquide, j'en aurais presque sentit la caresse, l'air embaumait malgré les odeurs de la ville, plus discrètes heureusement car nous étions éloignés de la circulation, et quelques oiseaux urbains se lançaient des trilles virevoltantes par-dessus les toits. Mon regard restait posé près de ma cible, non loin d'elle mais pas réellement dessus.

Alors que j'admirais un massif de fleur de l'autre côté de la rue, je fronçai les sourcils.
C'était presque indécelable, mais l'attitude de ma cible avait changée. Ses pas n'étaient plus aussi assurés, sa tête légèrement penchée. J'ai tout d'abord soupçonné la fatigue avant qu'il ne porte sa main à sa tête. Certes, cela aussi aurait pu être la fatigue, mais j'avais tellement été en contact avec la douleur –la mienne ou celle des autres–, que je savais parfaitement la reconnaître.

Le jeune Trent souffrait donc...
Mais pourquoi ? Je me mordis la lèvre, inquiète.
Oh, non, ne vous en faites pas, je n'étais pas inquiète pour lui. Simplement pour mon objectif. Si son mal était d'origine humaine, tant pis, il irait dans une pharmacie ou chez un médecin, ou rentrerait chez lui. Dans tous les cas –sauf peut être le dernier, un peu délicat–, ma mission ne serait pas compromise. Seulement...

Seulement, et si c'était d'origine magique ?
Je coulai mon regard sur son aura orange, songeuse. J'avais passé presque autant de temps à étudier les pouvoirs des créatures magiques –et comment les contrer– qu'à m'entraîner physiquement, durant mes années d'apprentissage Assashi. Je savais qu'on aurait pu lui donner n'importe quel pouvoir, à cet humain... mais... Il n'y en avait pas beaucoup qui provoquaient des maux de crâne. Il y en avait même un en particulier qui faisait comme un marteau dans le crâne, surtout au début... Je serrai les mâchoires, tellement qu'elles ont dû devenir blanches, et me procurer la mâchoire d'un tueur. Je me détendis aussitôt, sans pour autant cesser d'être en colère.

Je n'étais pas un danger pour le jeune Trent !
Comment cette saloperie de sort osait-il me considérer comme tel !
À moins qu'il ne considère par essence les Assashis comme des dangers pour la vie des êtres surnaturels ? … Bon, il n'avait pas tord. Mais quand même, c'était très... énervant.

Je soupirai.
Et me rapprochai sensiblement de ma cible.
Lorsque le jeune homme, se tenant toujours la tête, s'assit –s'affalant presque– sur un banc, j'en profitai pour m'approcher à moins de cinq mètres de lui –la limite qui mettait automatiquement fin à une filature, à moins d'être très bien dissimulé, ce que je n'étais pas. Mais après tout, qu'était-ce, qu'être dissimulé ?

Ce n'était pas forcément se fondre dans les ombres.
Ce n'était pas forcément se cacher merveilleusement bien.
Non, c'était être en harmonie avec son environnement. Si on l'était parfaitement, on finissait par faire partie du décors aussi bien que n'importe quelle plante verte. Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'était ça, la base d'un bon assassinat.

Je me baissai pour ramasser la coque du portable que le jeune Trent venait de faire tomber à mes pieds. Dans le même temps, sa main venait de faire exactement le même chemin. Je clignai des yeux, rougissant, gênée quand nos mains se rencontrèrent. Je me relevai pour lui tendre sa coque.

– Non, c'est moi qui suis désolée, je... euh... Ne le prenez pas mal, mais vous n'avez pas l'air dans votre assiette.. Vous allez bien ?

Si savoir que j'étais la cause de sa souffrance m'avait quelque peu contrariée, j'avais finit par avoir... une sorte de chaleur, au fond de ma cage thoracique. Je savais que c'était immonde et que je n'avais jamais vraiment apprécié de torturer quelqu'un, mais je ne pouvais m'empêcher d'éprouver du bien en présence de cet être qui souffrait par ma faute. J'avais tellement souffert, moi, et personne n'avait été là pour me procurer la moindre parole de réconfort, que je ne pouvais faire refluer cette vague qui m'envahissait.

Je lui offrit un petit sourire timide.
Alors petit humain, qu'est-ce que ça fait d'avoir mal ?




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aranor.forumactif.org/
Moi c'est

avatar


.... Bad boy timide avec les filles....

.... Bad boy timide avec les filles....

Masculin
Nombre de messages : 525
Pouvoirs :
Spoiler:
 

Missions :
Spoiler:
 

Mission remplie ? : Non

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Humain Marqué
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie :

MessageSujet: Re: "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]   Mer 8 Mai - 17:12

    Depuis qu'il fréquentait Ian, il devenait de plus en plus maladroit. A moins que ce ne soit le fait d'enfin sortir avec Kalia qui lui faisait perdre ses moyens, comme le susurrer son désormais meilleur ami. Même quand elle n'était pas là. C'était surtout la faute de ce foutu pouvoir qui se mettait à seriner comme une alarme dans son crâne à la moindre menace, grande ou petite. Même si depuis quelques mois, elle ne se mettait plus à hurler sous son crâne dès qu'il approchait un couteau ou autre. A croire qu'il allait se planter le couteau de cuisine dans l’abdomen juste en passant à côté. Pourtant, même Yuko avait reconnu qu'il était plutôt doué à l'épée. Il fallait dire que lorsque Shane avait compris qu'il ne la lâcherait pas comme ça, elle avait tenu à ce qu'il soit formé au combat. Être initié par la fille de la guerre, forcément, c'est un avantage non négligeable. Sous le coup de la douleur, il sentait ses muscles se crisper, se contracter sans qu'il le veuille, l'endolorissant petit à petit, comme s'il venait de courir un marathon. Les yeux plissés, il tâtonnait en quasi aveugle pour récupérer les pièces éparses de son portable. Il espérait juste que ce dernier n'est pas trop souffert de son vol plané, il n'avait pas vraiment les moyens de s 'en payer un autre. Oh non, il ne manquait pas d'argent, non, mais s'il aimait faire des extras pour combler son entourage, il demeurait tout de même assez sévère sur son budget. Il faut dire qu'avec tout les présents offert pas Tisiphone, il n'avait plus vraiment grand chose à s'offrir.

    Enfin, il parvient à mettre la main sur toute les pièces de son téléphone. Sauf une, la coque, qu'il continue à chercher à tâtons, comme un imbécile. Sa main en rencontrant soudain une autre et la sirène se mit à hurler sous son crâne, à tel point qu'il pensa ne plus jamais pouvoir entendre ni se relever. Soudain, comme si quelqu'un avait appuyer sur le bouton ' off ' , tout s'arrêta. Trent remercia le ciel, les dieux, les elfes, les lutins, la lune... Bref, tout et n'importe quoi. C'était une curieuse sensation que ce calme soudain revenu dans sa tête. Il leva un regard un peu hésitant vers la jeune femme qui venait de lui rendre son bien et qui s'adressait à lui. Qu'est-ce qu'elle venait de lui dire ? Ah oui... Il devait avoir une sale tête, c'était pas faux. Tâchant de faire bonne figure, il se releva, essayant de garder les yeux bien ouvert et répliqua :

    " Ce n'est rien, une migraine passagère. Merci de vous en inquiétez. "

    Il était encore un peu endormi, dans les vapes, comme shooté. Sans doute avait-il les yeux rouges et il espérait que la jeune femme ne le prenne pas pour un toxico ou un truc du genre. Cependant, méfiant comme à son habitude, il darda un regard énigmatique sur l'inconnue. Il était rare que les gens s'occupent les uns des autres dans la rue alors il était plutôt étonner que l'on s'enquière de son état de santé. Surtout avec son allure de mec gothique, cheveux long, vêtement noir, teint pâle.... Mais il devait ranger sa méfiance dans sa poche, du moins le temps de remercier comme il se devait la demoiselle. Il agita la coque de son portable un peu maladroitement et lança :

    " Merci de l'avoir récupérer, au fait. "


    Bien, il avait été poli, Tisiphone ne viendrait pas lui tirer les oreilles pour son attitude sauvage, il pouvait donc s'en aller en paix. Non ?


que ton sourire dure toujours
« parce que ce sourire me réchauffe le coeur, parce que tu as l'air si heureuse dans ces moments, parce que tu es celle qui a perturbé mon monde, celle qui fait mon bonheur. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moi c'est

avatar





Féminin
Nombre de messages : 14

MessageSujet: Re: "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]   Dim 29 Sep - 18:55


Kyle McPhie

Il n'avait pas fait exprès, vraiment pas. Lui, tout ce qu'il voulait, c'était se rendre au super week-end de ouf que les terminales du lycée organisé. Mais son père n'avait pas voulu qu'il y aille, soi-disant que ses notes n'étaient pas assez bonne. Par contre son père lui, pouvait se payer un week-end tranquille dans leur chalet à la montagne avec sa mère. Monde injuste ! Il n'avait pas envie de moisir chez lui alors que ses potes s'éclataient à la teuf du siècle et que Veronica, la bombasse de terminale avec un bonnet E, serait là.

Alors il avait pris la voiture qui restait au garage. Il avait juste à faire quelques kilomètres, ce n'était pas la mort s'il empruntait la voiture et la ramenait. Personne n'en saurait rien. Oui, mais voilà.... Il s'était trompé de route et s'était retrouvé sur la rue piétonne du centre -ville. Paniqué par les cris des passants, il n'arrivait même plus à freiner ou à arrêter la voiture. Il finit direct dans un lampadaire après avoir tourner le volant dans un effort désespérer.

... Son père allait le tuer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moi c'est
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: "Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Ombre parmi les ténèbres, lueur parmi la lumière, c'est la base d'un bon assassinat." ...mais ne fais pas cette tête, voyons, je plaisantais ! [Trent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ange des ténèbres est parmi vous mes amis...
» Minako, l'écrivainte... des ténèbres ou de la lumière ????? (en cours d'écriture)
» Prends vie dans les ténèbres, grandis dans la lumière - Galaad D'Artorie
» Haiti parmi les 22 pays les plus menaces par la securite alimentaire
» Haiti, 4éme parmi les 10 plus dangereuses destinations du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Creatio  :: Attia :: Place Henri Matisse :: Rue piétonne-