AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand un papillon cherche une fleur de mai dans un marais... il la trouve! (Analisa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moi c'est

avatar


₪ the blood is delectable ₪

₪ the blood is delectable ₪

Féminin
Nombre de messages : 540
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions :
Spoiler:
 

Mission remplie ? : A moitié

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Assashis
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 3 - Aguerri

MessageSujet: Quand un papillon cherche une fleur de mai dans un marais... il la trouve! (Analisa)   Sam 29 Oct - 10:33

L'endroit était ignoble.
L'air avait tout de l'écoeurante fragrance qui souille la surface des marais durant les plus chauds jours d'été –à la différence près qu'il ne faisait pas chaud et que cela sentait aussi le goudron– ; le sol, en asphalte ébréché, mal goudronné et saupoudré de graviers de différentes tailles rendait quasi-impossible la marche à pied dans ce quartier mal famé ; les maisons –si on peut encore appeler "maisons" ces taudis abandonnés– étaient toutes aussi délabrées les unes que les autres, et en particulier celles du fond de la rue, qui comportaient, elles, des traces de combat, des impacts de balle sur leurs façades –comme quoi, l'histoire d'un cartier peut se retrouver facilement et uniquement à l'apparence de ses habitations.

Le lieu avait tout l'air d'être abandonné.
Pourtant, c'était bien ici que m'attendait mon prochain client.
Je détestais me déplacer, en général, à par pour supprimer mes contrats –et je peux vous dire que j'avais bien envie de le supprimer aussi, celui qui m'avait fait venir là– mais le client, par téléphone, m'avait assuré à mots voilés qu'il était très important que je vienne en personne. Il avait l'air d'avoir peur, et j'ai soupiré avant de partir pour ce cartier en ruine.
Dès que je serais rentrée, je ferais construire un parc ici.
Ou des immeubles. Ou encore un hôtel.

Je tournai alors dans une rue auxiliaire –celle où il était convenu du rendez-vous.
Il advint que c'était un cul-de-sac. Au fond de cette impasse se tenait une silhouette. Elle me tournait le dos. Je m'approche et, une fois à dix pas de l'étrange silhouette, je lance :
-Eh toi !

La silhouette encapuchonnée se retourna lentement.
C'était un jeune homme. Blond, les yeux bleu-vert et la peau légèrement halée, c'était le genre de jeune homme à faire tourner toutes les têtes et à n'avoir que des amis... je me demandai donc qui il pourrait bien me demander d'assassiner –et si il aurait les moyens de me payer.
Puis mon regard se planta dans ses yeux.

Vides, ils criaient vengeance.
Vengeance ? Mais de qui ?
Question stupide.

Je plongeai au sol au moment où trois carreaux acérées fendaient l'air là où je me tenais un instant plus tôt. Après une roulade grâce à laquelle je me relevai vivement, j’aperçus de nouveau le visage du jeune homme. Ravagé de larmes, tendu à l'extrême, je n'eus aucun mal à capter son regard.
-Eh gamin, fait pas de bêtises, tu vas le regretter.

-Tais-toi ! fit-il avec la force de quelqu'un qui a toujours tenu ses convictions.
Jusqu'au bout du monde.

-Je peux savoir pourquoi tu veux me tuer gamin ?

-Tu le sais très bien et... ne m'appelles pas GAMIN !
me répondit-il hargneusement.

Un rire perle sortit de ma bouche cerclée de rubis.
-C'est ça gamin. Et sinon quoi ? Tu vas me tuer ?

Je le savais incapable de me tuer.
J'étais bien plus forte et expérimentée qu'un gamin rageur qui réclame vengeance.
Soudain, un éclair traversa mon esprit : vengeance pour quoi exactement ?
-eh, mon gars, tu...

Avec un cri de rage, il m'envoya une nouvelle slave de piques –des carreaux d'arbalète ?– que j'évitai sans efforts. Je me rendis compte que je n'avais pas envie de tuer ce gamin. Il avait déjà beaucoup trop souffert.
Peut être même aurait-il fait un bon Assashi.

Tout en évitant souplement chacune de ses attaques, je cherchai quelle solution était la plus apte à ce que je voulais faire, quand elle s'imposa d'elle-même. Je me relevai d'une énième roulade qui cette fois me propulsa dans son dos. Je n'avais pas envie d'utiliser mes pouvoirs pour soumettre ce gamin. Ç'aurait été me baisser bien bas pour un si petit poisson.

Je réatterris dans son dos et le maîtrisai en trois mouvement.
Le bras gauche tenu par ma main derrière le dos, le droit coincé entre sa colonne vertébrale et son autre bras, et une lame –sortie de mon poignet pendant ma roulade – qui appuyait sur sa trachée. Je me permis un petit soupir avant de m'avancer pour murmurer à son oreille :
-Tu as fait une bêtise gamin.

Une fois dans cette posture, la victime ne pouvait se défaire que si l'assassin relâchait son bras gauche. Curieusement, le gamin se débattit encore, même en ayant un couteau sous la gorge.

-Tu sais que je pourrais te tuer en appuyant simplement ici ?
fis-je en éraflant de la pointe de la lame le cou vulnérable. Si tu veux mon avis, t'as pas intérêt à bouger.

Il se calma presque instantanément, tout en essayant une dernière fois de faire basculer la résistance de son bras gauche. En vain.

-c'est bien... et maintenant tu vas me dire pourquoi tu as essayé de me tuer.
-Vous... vous avez tué mon frère, fit-il, des sanglots dans la voix.

J'hésitais à me justifier devant ce gamin. Je n'avais pas à le faire et de toutes façons je n'en avait pas envie. Je continuai d'une voix plus douce :

-Et crois-tu qu'il serait heureux que tu te fasses tuer parce que tu as été assez bête pour défier son assassin ? Ton frère, je m'en rappelle, il ne m'a pas supplié de l'épargner, et il a esquivé plusieurs de mes attaques. C'était un bon combattant, et, à la fin, il a regardé la mort en face.


Je m'approchai encore et murmurai à son oreille :
Je suis sûre qu'il ne veux pas que tu le rejoigne si bêtement.


Et, je plaquai ma bouche contre la sienne, appréciant le goût de son sang et de ses larmes, avant d'abattre le pommeau de mon poignard sur sa pommette et d'envoyer valser le gamin au fond de l'impasse. Tournai le dos au gamin dont les larmes reprenaient.

En passant, je récupérai le manteau que j'avais laissé tombé dans la poussière, le nettoyai –ainsi que les vêtements que j'avais sur moi, eux aussi poussiéreux– avec légèreté.

Puis, jetant mon manteau sur mon épaule, je lançai à l'adresse du jeune homme :
-Oh et si il te prenait l'envie d'essayer de me dénoncer, sache que ma famille et moi avons la police à la botte. Bye gamin !

En sortant de la ruelle, je me demandai encore comment j'avais fait pour accepter de venir jusqu'ici. La prochaine fois, je refuserais de me déplacer, un point c'est tout.
Je ne perdrais pas de temps au moins.

¤

Le soleil était encore jeune –c'était le matin– et je me dit qu'un petit tour dans ce cartier abandonné n'était pas une si mauvaise idée. Tous mes sens d'assashi en alerte, je me pris à déambuler paisiblement dans les rues délabrées, sur le bitume mal répartit.

Edit
Ya réellement un problème avec le format de la page ? Ou c'est mon ordi qui débloque ?




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aranor.forumactif.org/
Moi c'est
Invité

avatar


Invité



MessageSujet: Re: Quand un papillon cherche une fleur de mai dans un marais... il la trouve! (Analisa)   Dim 13 Nov - 11:34




« Annalysa et Nora»




Underco'



Elfamm Street,
Un quartier fort charmant pour passer la nuit, bien entendu si l'on oublie les cris des chiens des rues, la pollution et la mauvaise odeur ambiante ainsi que les immeubles dépravés ou des junkies, miroir de la jeunesse d'Attia, viennent ce shooté tranquillement et s'endormir en espérant jamais se réveillés.

Je venais d'arriver en ville, après avoir quittée assez précipitamment mon cirque pour partir à la conquête d'Attia et de son univers. Mes pas m'avait portés, dans les confins de la ville, ici à Elfamm Street. Ne connaissant personne, j'avais dû crocheter la serrure d'un appartement abandonné et m'installai sur un matelas usé comme jamais pour tenter de passer la nuit. Cela devait faire une semaine que je dormais la dedans et tenait de survivre quand commença cette histoire. Comme tous les matins, je m'étais levé de bonne heure réveillée par les rayons du soleil qui filtrait à travers les vieux stores vénitiens accrochés aux fenêtres. Je quittais l'appartement par l'escalier de secours et rejoignais, non sans peine, la rue. Commençais alors ma petite routine quotidienne, je me baladais à la recherche de quelques choses à me mettre sous la dent ainsi que de quelques éléments pour améliorés le confort rustique de mon appartement. Sauf que ce jour-là, un événement curieux attira mon attention des éclats de voix venait d'une rue proche, je m'approchais en douceur et vis une femme, assez jeune, qui secouait assez violemment un petit garçon . Ces actes de violences gratuites me révoltait, mais je ne pouvais pas intervenir, pas tout de suite. J'attendais donc que la dispute soit terminée pour suivre la jeune femme et ainsi j'espérais tenté de m'expliquer avec elle.

Cette jeune fille était très jolie, mais pas assez pour atteindre mon niveau ni pour me conquérir. Je n'étais pas d'un naturel timide, mais là j'avais du mal à l'aborder. Je ne savais pas pourquoi, mais cette fille dégageait une ambiance peu rassurante. Malgré cela de me décidait tous de même à l'aborder.

Excuse moi ! Je t'ai vu tout à l'heure secouée un gamin. Pourrais-je savoir pourquoi ? Je sais que je m'occupe de ce qui ne me regarde pas mais bon je ne peux pas supporter la violence gratuite donc ...

J'avais peut-être été un peu direct mais bon, au moins je serais fixée. Après je l'avoue, personne ne peut savoir comment son interlocuteur va réagir et la je ne savais pas du tous comment elle allait réagir. Peut-être faisait elle partie d'une de ces familles d'assassins qui forment une des castes les plus importantes de la ville. Ou peut-être était elle seulement la mère désœuvrée du gamin qui avait préféré l'abandonné plutôt que de le laisser à son triste sort . Personnellement je ne le savais pas, mais au fond de moi je me doutais que cette ignorance n'allait pas durer longtemps.



Revenir en haut Aller en bas
Moi c'est

avatar


₪ the blood is delectable ₪

₪ the blood is delectable ₪

Féminin
Nombre de messages : 540
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions :
Spoiler:
 

Mission remplie ? : A moitié

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Assashis
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 3 - Aguerri

MessageSujet: Re: Quand un papillon cherche une fleur de mai dans un marais... il la trouve! (Analisa)   Lun 12 Déc - 8:51

*rp en suspend*




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aranor.forumactif.org/
Moi c'est
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Quand un papillon cherche une fleur de mai dans un marais... il la trouve! (Analisa)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand un papillon cherche une fleur de mai dans un marais... il la trouve! (Analisa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on est au creux de la vague...
» Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique | Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri
» [GS] Albafika VS Raïmi, Fleur et Pot dans le terreau. ^^
» Pansy Parkinson -La fleur qui s’épanouit dans l’adversité est la plus rare et la plus belle de toutes.
» Quand on ne cherche pas Néant il vous trouve. [Pv Alauwyr]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Creatio  :: Ne pas oublier le passé :: Chapitre 1 : C'est la ville du crime....-