AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'imagination n'a pas de limite.... [OK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moi c'est

avatar


இ This ain't a dream,
this real ...

இ This ain't a dream, this real ...

Féminin
Nombre de messages : 1201
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions : UC
Mission remplie ? : Non

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Créateur débutant
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 1 - Novice

MessageSujet: L'imagination n'a pas de limite.... [OK]   Dim 28 Juin - 10:52

" WHAT ABOUT ME "






" Kalia BENNETT "

    Âge :17 ans
    Lieu et Date de Naissance : 14 novembre 1991
    Race : Créateurs
    Métier : Lycéenne
    Qualités: Vive, joyeuse, optimiste, imaginative
    Défauts : Méfiante,réservée,asocial,têtue
    Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
    Pouvoir :blabla
    Situation :Célibataire



"I'M SO DELICIOUS "





" WHO I AM "


VOIR MESSAGES SUIVANT



"INFORMATION "



    Prénom de l'acteur :Amy Lee
    Nom ://
    Metier : Chanteuse
    Film or Serie : niete
    Credit des icones : © Kitsune
    Credit de l'avatar : © Kitsune


" BEHIND THE SCREEN "


    Pseudo : Kalia, ML
    Âge : 21 ans
    Comment as-tu connu ce forum ? :.... ...... Devine!
    Avis global : .... Y a-t-il lieu de poser la question?
    Rôle dans le staff : Scénariste et admin
    Presentation Fini ? : Naon!





trent & kalia
i believe in you i'll give up everything just to find you
i have to be with you to live to breathe you're taking over me
Rest in me and I'll comfort you I have lived and I died for you
Abide in me and I vow to you I will never forsake you


Dernière édition par Kalia Bennett le Dim 8 Jan - 13:38, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creatio.nightforum.net/
Moi c'est

avatar


இ This ain't a dream,
this real ...

இ This ain't a dream, this real ...

Féminin
Nombre de messages : 1201
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions : UC
Mission remplie ? : Non

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Créateur débutant
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 1 - Novice

MessageSujet: Re: L'imagination n'a pas de limite.... [OK]   Dim 28 Juin - 10:53




    La neige tombée doucement, de minuscules flocons qui s'infiltre de partout mais ne tenait pas au sol, transformant les rues en de gigantesque pataugeoire glissante. Mais la femme qui avançait dans le froid de cette nuit d'hiver n'en avait cure. Son long manteau rouge claquait dans le vent glacial, amenant sa chevelure d'ébène devant son visage aux traits fins, masquant à demi des yeux couleur d'ambre clair plein de larmes. Elle tenait bien serré contre sa poitrine un petit paquet de couverture. Elle tourna à l'angle de la rue puis avança encore de quelques pas. L'endroit où elle était maintenant était nettement plus animée, bruissant de vie. Des voitures, des gens qui avançaient en tout sens, entrant et sortant du grand bâtiment, certains dans la panique, d'autres heureux comme des papes.

    Une atmosphère sans doute normale pour un hôpital.... La femme resta quelques minutes debout, immobile dans le froid, serrant contre elle le petit paquet de couverture. Une main minuscule en émergea brusquement, tendant ses petits doigts vers le ciel. L'inconnue eut un faible sourire, se pencha légèrement et écarta la couverture, laissant apparaître le visage encore rougeaud d'un nouveau-né. Elle caressa la joue puis pose un baiser sur le crâne déjà garni d'une petit tignasse noire. Elle ravala ensuite un sanglot en ré-emmaillotant le nourrisson puis se dirigea à pas rapide vers l'entrée de l'hôpital.

    Une fois dans le halo de lumière crée par le hall, elle s'arrêta et posa un son enfant sur un des sièges qui servait d'ordinaire à l'attente. Elle eut un dernière sourire pour le bambin qui ouvrit des petits yeux endormis, posa un dernier baiser sur son front puis se retourna et s'en alla à grand pas.

    Une infirmière qui passait par là pour déposer un dossier, aperçut l'étrange manège de la jeune femme et la héla:

    Madame? Madame!!!! Votre bébé!

    Mais l'inconnue était déjà loin, laissant l'infirmière seule au beau milieu du hall avec le nourrisson qui s'était mis à hurler.


    *****


    Il ne savait plus quoi faire. Il avait pourtant tout essayer. Mais Mary persistait à croire que Matthew, leur nouveau-né, était encore vivant. Malheureusement... Il avait du lui-même constater le décès de leur petit garçon, étranglé par le cordon ombilical dans le ventre de sa mère. En attendant le verdict, Mary avait hurlée comme une démente, son beau visage se révulsant dans une crise d'hystérie. Cela avait duré deux heures, deux longues heures et ils avaient fini par la mettre sous une forte dose de tranquillisants. A son réveil, elle lui avait sourit et lui avait demandée où était leur bébé. Un de ses collègues psychiatres avait diagnostiqué un déni de mort et avait prôné de laisser faire le temps. Mais plus les heures passées, plus l'état psychologique de Mary semblait s'aggraver.

    Il poussa un soupir et repoussa le dossier qu'il avait sous les yeux. Il se leva et quitta son bureau, se dirigeant vers les urgences. Soigner des malades avaient le don de lui changer les idées. Il arriva au bureau des admissions où étaient massé un groupe d’infirmière. Il haussa un sourcil, intriguée par les roucoulements des jeunes femmes.

    Vous avez vu comme elle est sage ?! Et souriante aussi !

    Mais enfin, elle ne doit même pas avoir deux jours, elle ne peut pas sourire Lenny !

    Je vous jure qu'elle m'a sourit ! Et je suis presque sûre qu'elle me suit des yeux !

    Tsss, tu es trop sensible Lenny !

    Oui, oui... Des nouvelles de sa mère ? On l'a retrouvée ?


    Malheureusement non... Enfin, dans son malheur, ce petit bout de fille à de la chance, sa mère l'a abandonnée dans un lieu ou l'on peut prendre soin d'elle pas dans une poubelle...

    Intrigué, il s'approcha pour constater que les deux infirmières étaient penchée au-dessus d'un bébé. Un nourrisson visiblement, emmailloté avec soin dans une couverture en cachemire d'un bleu qui faisait ressortir ses yeux . Aussi jeune qu'elle paraisse, le poupon tourna son regard vers lui et lui sourit. Les deux jeunes femmes sursautèrent et lui adressèrent un sourire coupable. Il se racla la gorge et demanda d'une voix sérieuse :

    Peut-on savoir ce que vous faites avec ce bébé ?

    .... Heu bien, docteur Bennett... Sa mère vient de l'abandonner il y a une heure et...


    Il secoua la tête alors que la collègue de la jeune femme balançait un coup de coude dans les côtes de sa collègue. Il retient une remarque acerbe puis tendit les bras. Hésitante, l'infirmière nommait Lenny finit par déposer avec douceur le petit bout dans ses bras. Le nourrisson le dévisageait toujours, comme s'il attendait quelque chose. Et ce qui passa ensuite, personne n'aurait pu le pouvoir. Alors que machinalement, il berçait le nourrisson dans ses bras, la voix de sa femme retentit dans son dos.

    Patrick ! Tu as retrouvé notre bébé ?!


    Il se figea un instant puis se retourna lentement, le nourrisson toujours dans ses bras. Il croisa alors Mary, sa tendre épouse, qui le fixait d'un regard lumineux, lui et le petit être dans ses bras......




    *****


    Il y avait trois mois qu'elles étaient rentrée. Trois mois de pure bonheur pour Mary ! Son bébé, son petit bébé.... Elle avait bien rit quand Patrick lui avait annoncé qu'il y avait eut une erreur à l’échographie et qu'ils avaient une petite fille. Bizarrement, Patrick avait tenu à l'appeler Kalia et avait même déjà acheté une couverture à leur bébé brodé à son nom. Etrange... D'où il tenait un nom comme celui-ci, elle ne le savait pas... Oh ! Elle s'en moquait après tout ! Toutes ses amies étaient venu les voir, ne cessant de complimenter Mary sur la beauté de son nourrisson. Oui, une si belle petite-fille, si vive déjà et d'une telle beauté ! Elle était vraiment la plus heureuse des mères. Elle avait enfin tout ce qu'elle désirait : une grande maison, un mari avec une brillante carrière et un bébé magnifique. Oui, une belle petite-fille que bientôt, elle pourrait inscrire à la danse, à des cours d'arts, amener chez le coiffeur, esthéticienne.... Souriante, elle vérifia que le biberon de son bébé n'était pas trop chaud puis monta à l'étage avec le biberon et le babyphone. Son nouveau-né gazouillait tranquillement et elle la visualisait entrain de s'agiter doucement. Elle était si mignonne dans son petit ensemble rose ! Elle arriva enfin devant la porte sur laquelle était gravée le prénom de son bébé. Elle entra vivement et se figea d'un coup.

    Dans la chambre de Kalia, sous la lueur du soleil de cette douce fin d'hiver, les peluches et les jouets de l'enfant volaient en tourbillon, sous les éclats de rire de la fillette. Elle se figea un instant, laissant choir le babyphone dans un bruit sourd. Puis brusquement, elle hurla de toute ses forces, jetant le biberon au sol. Celui explosa en mille morceaux et le lait bouillant se répandit sur le sol. Elle se précipita au-dessus du berceau de l'enfant et hurla :

    " ARRÊTE ! Arrête ça espèce de monstre !!!!!!!!!!!!!!!! ARRÊTE CA TOUT DE SUITE !!!!!!!!!! "


    Les objets retombèrent au sol dans un fracas qui lui sembla assourdissant et la petite chose se mit à pleurer à plein poumons.Mary recula lentement puis se retourna brusquement et courut jusqu'aux toilettes où elle vomit. Hoquetant, elle bégaya :


    " Ce n'est pas mon bébé... Ce monstre n'est pas mon bébé... Ce n'est pas mon petit Matthew ! "



    *****


    Il était satisfait de ' l'arrangement' qu'il avait trouvé. Cet abandon de nourrisson était tombé à point nommé pour lui et sa femme. Il avait craint que sa belle épouse ne doive finir en hôpital psychiatrique, terrassé par la perte de son nouveau-né après une grossesse des plus difficiles. Mais dès que ses yeux s'étaient posés sur la petite demoiselle abandonnée, elle l'avait adopté comme ' remplaçante ' du mort-né. Une aubaine pour lui et pour cette petite, qu'il avait pu adopté sans trop de difficulté. Il avait conservé le nom qu'il avait trouvée sur la couverture de la fillette et avait mis de côté un médaillon qu'elle avait autour du cou. Plus tard peut-être, elle lui demanderait des informations. Il avait donc la vie parfaite que Mary et sa mère s'étaient ingénié à lui construire. Une bonne situation, une belle épouse et une jolie petite fille .... Il esquissa un sourire et poussa la porte de la maison. Il posa soigneusement son manteau sur le porte-manteau et gagna le salon.... Pour se figer au spectacle qui se présenter sous ses yeux.

    La petite Kalia était au sol, se trémoussant... Ou plutôt se débattant face à une Mary qui la menaçait d'un couteau de cuisine. Il poussa un juron et se précipita sur sa femme pour la désarmer. Sous les pleurs de la petite, son épouse se débattait en hurlant :

    " Laisse-moi faire, laisse-moi faire ! !!!!!! Il faut que je la tue !!!!!!!!!!! Il faut qu'on se débarrasse de ce monstre !!!!!!!!! Elle a pris mon Matthew !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Il faut que le fasse !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! "

    Patrick était perdu, il ne comprenait pas ce qui avait rechuté Mary. C'était alors que dans un bruit sourd, tous les objets de la pièce se soulevèrent du sol et se mirent à tournoyer autour d'eux. Tenant toujours Mary dans ses bras, il resta un instant figé puis serra son épouse contre lui et souffla :

    " Écoutes-moi Mary, tout va bien... Tout va bien... ..... Matthew est partit chez ma mère , tu te rappelles ? Pour le moment, il va falloir nous occuper de Kalia, sa petite sœur avec soin, d'accord ? "


    Comme si elle comprenait ses mots, les objets cessèrent de léviter et de tournoyer et Kalia se tue. Il sentit Mary se tendre puis elle se redressa et il croisa son regard. Un regard aussi froid que de la glace. Il ne put retenir un frisson d'appréhension en l'entendant répondre :

    " Tu t'en occuperas Patrick.... Je n'ai aucun lien avec.... avec cette chose. "




    *****


    Le nourrisson avait bien grandi. Kalia allait maintenant sur ses trois ans et était toujours une jolie petite fille. Une jolie petite fille au regard bien triste. Mais était-ce sa faute ? Il ne savait pas qui était ses parents mais une chose était sûre.... La petite fille n'était pas comme eux. Et cela n'avait fait qu'aggraver la psychose de Mary. Son épouse rejetait en bloc la fillette. Sauf devant sa famille et les amies, où elle ne cessait de déplorer la maladresse et la bêtise de sa fille. A chaque fois que la fillette utilisait d'une manière ou d'une autre ses .... Ses dons, Mary faisait une crise. De plus en plus violente. Aujourd'hui après l'apparition d'une fée, son épouse avait faillit faire brûler vive la petite Kalia. Il était arrivé in-extremis pour empêcher le drame. Un jour, il ne cesserait pas là et il n'osait pas imaginer ce qui pourrait se passer si jamais. Aussi saisit-il brusquement la petite Kalia par les épaules, alors qu'elle pleurait à chaude larmes. Il dut lui faire peur car elle s'arrêta dans un hoquet et une sorte de bouclier commença à se former dans l'air. Il fronça les sourcils et son visage se fit plus dur encore.

    Plongeant un regard glacial dans celui noyé de larmes de Kalia et assena d'un ton dur :

    " Kalia, il ne faut plus jamais que tu utilises tes pouvoirs ? Tu m'entends ? PLUS JAMAIS ! Je t'interdis ne serais-ce que d'y penser !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! C'est interdit !!!!!!!!!! Tu as compris ? " - il la secoua vivement - " Réponds -moi !!!!!!!!!!!! "

    La fillette tremblait dans ses bras, des nouvelles larmes roulants sur ses joues et elle répondit en hoquetant :

    " Vi... Voui papa, promis..."


    Satisfait, Patrick estima que la fillette avait bien compris le message. Il valait mieux pour elle.



trent & kalia
i believe in you i'll give up everything just to find you
i have to be with you to live to breathe you're taking over me
Rest in me and I'll comfort you I have lived and I died for you
Abide in me and I vow to you I will never forsake you


Dernière édition par Kalia Bennett le Sam 13 Aoû - 19:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creatio.nightforum.net/
Moi c'est

avatar


இ This ain't a dream,
this real ...

இ This ain't a dream, this real ...

Féminin
Nombre de messages : 1201
Pouvoirs :
Spoiler:
 


Missions : UC
Mission remplie ? : Non

Un peu plus sur le perso ?
Je suis un(e) ....: Créateur débutant
Artefacs / Armes / Potions / Formules acquises:
Niveau de magie : Niveau 1 - Novice

MessageSujet: Re: L'imagination n'a pas de limite.... [OK]   Dim 28 Juin - 10:53

    Kalia avait grandi depuis cette promesse. Et sa mémoire avait effacée avec soin de sa mémoire le moindre souvenir de quelconque dons magiques ou autres. Elle était à présent âgée de huit années tout juste. C'était une bonne élève mais trop discrète au goût de ses différents maîtres et maîtresses. Mais comme elle arrivait à suivre le niveau sans trop de problème et ne faisait pas de bêtise.... On laissait passer, misant cette discrétion sur une personnalité paisible. Ce n'était pas faux. Mais ce n'était pas la vérité non plus. Si elle se montrait discrète, c'est qu'elle ne se sentait pas à l'aise au milieu de ses petits camarades. Là où les enfants de son âge se passionnait depuis peu pour les chanteurs à la mode, les films et autres, elle, elle se passionnait pour les livres. Très tôt, elle avait su lire. A l'âge de quatre ans, elle était lisait déjà couramment seule les livres pour enfants de la bibliothèque près de l'école. Il fallait dire qu'elle avait trouvée là un moyen de pallier aux nombreux 'oublis' de sa mère à la fin de l'école ou à la solitude qu'elle subissait dans la maison familial.

    D'ailleurs, elle avait nouée une relation très forte avec la bibliothécaire, une vielle dame adorable ainsi qu'avec le gardien, un monsieur dans la cinquantaine un peu bougon. Les deux individus avaient eut tôt fait de remarquer cet étrange petit bout de femme. Ils veillaient sur elle avec soin, lui conseillant des libres et parfois même, lui offrant un petit goûter. C'était surtout le gardien, même s'il bougonnait sans cesse contre elle parce qu'elle restait trop tard après la fermeture, il avait toujours, comme par hasard, un petit bonbon ou un carré de chocolat au fond de ses poches pour elle. Kalia n'était pas dupe, elle savait bien que c'était sa manière à lui de s'assurer qu'elle mange assez à sa faim. Elle n'était pas mal nourrie de toute façon... Non, elle était bien traiter et avait le droit à presque tout ce qu'elle voulait. Elle aurait même pu demander des livres à son père pour ne pas aller à la bibliothèque. Mais elle aimait trop s'enfermer dans cette grande pièce pleine de livres. Ca avait une odeur particulière, une odeur qu'elle adorait. Plus encore que le parfum de sa maman....

    De toute façon, sa maman ne l'aimait pas. Même si papa insistait pour qu'elle l'appelle encore maman, cette dernière la traitait comme.... Comme dans cette drôle d'histoire qu'elle avait lu : Mathilda. Elle se sentait proche de l’héroïne. Elles étaient tout deux dans une famille qui ne les comprenait pas. Mais Mathilda, elle, avait pu s'en sortir. Elle, elle attendait encore. Kalia se sentit triste d'un coup... Surtout que le livre que venait de lui conseiller Hélène, la bibliothécaire, était un peu triste. De toute façon, il était tard, il fallait qu'elle rentre. En douceur, elle referma son livre et caressa d'une main délicate les lettres dorés incrustées dans la couverture : Les Milles et une nuits.


    *****

    Elle avait secrètement espérer que le collège serait moins éprouvant que sa dernière année de primaire.... Elle pensait que une fois noyé dans la masse, ses petits camarades s'acharneraient moins sur cette Kalia extra-terrestre qui n'aimait que les livres. Oui, vraiment, elle l'avait espérée. Mais elle s'était montrée naïve. Bien sûr que non, le collège n'était pas moins éprouvant. Bien au contraire. Le collège était cent fois pire !!!!!!!!! Et surtout.... Il y avait Ashley... Ashley Dehlia. Une des filles d'une des amies de sa mère. En primaire, elle avait subie parfois ses piques mais sans gravité... Mais avec le collège, c'était devenu de pire en pire. Ashley était devenue la petite reine du collège et ne se privait pas pour la harceler. Et elle ne pouvait pas compter sur l'aide de ses parents, bien entendu.

    Mais aujourd'hui... Aujourd'hui, elle avait utilisé une arme que Ashley ne maîtrisait pas si bien que cela au final: les mots. Et pour une fois, c'était elle qui avait brillé en lui rabattant son clapet. Et elle en conservait une grande satisfaction.



    *****


    Elle aurait mieux fait de se taire il y a quatre ans en arrière. Vraiment, le lycée était cent fois pire encore. Et Ashley aussi pouvait être cent fois pire ! Mais il ne lui restait que trois ans de cette galère, n'est-ce pas ? Une fois son diplôme en poche, elle pourrait aller vers l'université en presque sûre qu'Ashley ne la suiverait pas là-bas. Et puis sans compter qu'avec la faculté, elle pourrait même quitter la demeure familiale en toute légitimité. Le cas de Mary Bennett ne s'était pas arrangée avec les années, au contraire. Il y avait déjà presque huit ans que Kalia avait abandonnée l'idée de la considérer comme une mère. De même que Patrick Bennett n'était pas vraiment un père, plus un courant d'air ou encore un tuteur à l'extrême limite. Mais elle s'y était faite.

    Elle avait trouvée de quoi s'occuper en plus. Des livres, des livres, des livres et encore des livres.D'ailleurs, elle avait fini son dernier ouvrage en date, il y a peu. Le fourrant dans sa besace, elle s'apprêtait à retourner au CDI quand un garçon se posa à ses cotés. Elle haussa un sourcil en avisant Ian Gregory, la coqueluche du lycée. Le partit pris de Ashley aussi. Il fallait fuir et vite. Mais à sa grande surprise, le jeune homme posa sa main sur son poignet et lui fit un franc sourire. Les mots qu'il lui annonça la laissèrent totalement ébahie :

    " Tu es Kalia Bennett, c'est bien ça ? Ca te dirait qu'on devienne amis ? "




    *****



    Elle aurait mieux fait de se taire il y a quatre ans en arrière. Vraiment, le lycée était cent fois pire encore. Et Ashley aussi pouvait être cent fois pire ! Mais il ne lui restait que trois ans de cette galère, n'est-ce pas ? Une fois son diplôme en poche, elle pourrait aller vers l'université en presque sûre qu'Ashley ne la suiverait pas là-bas. Et puis sans compter qu'avec la faculté, elle pourrait même quitter la demeure familiale en toute légitimité. Le cas de Mary Bennett ne s'était pas arrangée avec les années, au contraire. Il y avait déjà presque huit ans que Kalia avait abandonnée l'idée de la considérer comme une mère. De même que Patrick Bennett n'était pas vraiment un père, plus un courant d'air ou encore un tuteur à l'extrême limite. Mais elle s'y était faite.

    Elle avait trouvée de quoi s'occuper en plus. Des livres, des livres, des livres et encore des livres.D'ailleurs, elle avait fini son dernier ouvrage en date, il y a peu. Le fourrant dans sa besace, elle s'apprêtait à retourner au CDI quand un garçon se posa à ses cotés. Elle haussa un sourcil en avisant Ian Gregory, la coqueluche du lycée. Le partit pris de Ashley aussi. Il fallait fuir et vite. Mais à sa grande surprise, le jeune homme posa sa main sur son poignet et lui fit un franc sourire. Les mots qu'il lui annonça la laissèrent totalement ébahie :

    " Tu es Kalia Bennett, c'est bien ça ? Ca te dirait qu'on devienne amis ? "



    *****


    Kalia écarquilla des grands yeux stupéfaits tandis que Ian échappait à ses sœurs. Et elle crut faire une syncope lorsque les dites sœurs fondirent sur elle pour la saluer et la cajoler au passage. Elle avait crut au piège lorsque le jeune homme l'avait invité à passer la journée chez lui. Mais Ian lui avait déjà prouvé qu'il n'était pas de la même trempe d'Ashley... Et puis, il avait même un très bon coup de crayon et s'était amusé à illustrer la plupart de ses écrits. Parce que oui, son ami imposé avait découvert qu'elle écrivait et lui réclamer sans cesse depuis des nouvelles lectures. Un jour, il était arrivé avec un carnet empli d'illustrations pour ses contes... Elle avait hallucinée en se rendant compte que le jeune homme avait parfaitement sut rendre sur le papier ses idées. C'était bizarre... C'était la première fois qu'elle avait un ami. Pensive, elle écoutait d'un air distrait les compliments d'une des sœurs de Ian sur sa chevelure quand son ami la saisit brusquement par le bras pour l'entrainer au loin. Ils traversèrent pas mal de couloir et finir par arriver dans une pièce que Kalia identifia comme la chambre du jeune homme.

    Il la poussa à l'intérieur, ferma la porte à clef puis se tourna vers elle avec un grand sourire. Kalia eut un instant peur mais le jeune homme se jeta sur un carnet à dessin pour le lui tendre. Elle secoua la tête avec amusement et s'en saisit pour l'ouvrir et découvrir qu'il s'agissait des nouvelles illustrations de son dernier conte ' Tobias, le dragon d'émeraude'. Elle sourit en constatant que, encore une fois, le jeune homme avait su rendre ses idées à l'identique. Elle caressa du bout des doigts le dessin fidèle de Tobias, son dragon héros et remarqua que Ian avait inscrit le nom de son petit personnage. Elle sourit et caressa le nom, en le murmurant à mi-voix. Le papier sembla vibrer sous ses doigts, l'écriture devient lumineuse puis une pluie d'étincelle se produit sous ses doigts sous le regard stupéfait de Ian et elle-même. Elle sentit la feuille trembler sous ses doigts puis il y eut un flash de lumière.... Et sous ses yeux ébahis Tobias, en chaire, en os et en écaille, voletait sur place, la fixant de ses minuscules yeux rouges. Oh non.... OH NON, NON , NON ! Pas ça tout mais pas ça. Elle ferma les yeux et déglutit, attendant les hurlements de terreur de la part de son meilleur ami.

    " Wowwwwww ! Trop cool ! Comment t'as fais ?!"

    Kalia r-ouvrit lentement les yeux, incrédule. Ian n'avait pas hurler. Ni même fuit en courant ou pire encore, n'avait pas donner de coup. Non, il l'a contempler en souriant, l'air émerveillé comme un gosse le matin de Noël, essayant d'attraper Tobias. Elle éclata brusquement en sanglot et finit dans ses bras, reniflant et hoquetant pendant que le petit dragon se lover sur son épaule, tentant de la réconforter alors que Ian lui frotter doucement le dos en chuchotant des mots réconfortant.



    *****

    Aujourd'hui c'était la rentrée. L'idée même de se retrouver de nouveau au lycée avec Ashley Dehlia et ses deux meilleures amies suffiraient à lui donner envie de vomir en temps normal mais cette fois-ci, c'était différent. Cette rentrée-ci était la rentrée de Terminale, ce qui signifier qu'il s'agissait là de la dernière au lycée. Plus qu'un an et viendrait le doux temps de la fac. Elle espérait bien décrocher une bourse pour pouvoir être loin de sa "famille" et emménager dans un petit studio d'étudiants. Elle était donc arriver au lycée avec un vague sourire au lèvre, avait consultée les listes puis c'était rendue d'un pas décidé devant sa salle. Prenant place dans le rang, appuyée contre le mur, elle feuilletait le dernier manga qu'elle avait reçu..... Oui, l'année s'annonçait bien.







trent & kalia
i believe in you i'll give up everything just to find you
i have to be with you to live to breathe you're taking over me
Rest in me and I'll comfort you I have lived and I died for you
Abide in me and I vow to you I will never forsake you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creatio.nightforum.net/
Moi c'est
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: L'imagination n'a pas de limite.... [OK]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'imagination n'a pas de limite.... [OK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» date limite des transactions ?
» Murdo : L'univers est sans limite ...
» À la limite du possible!
» Date limite - Plafond salariale
» « Le fruit de ma passion est mon imagination. » Edward *

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Creatio  :: Préquelle :: Vos premiers pas.... :: Présentations :: Présentations du staff-